Cartographie d’une réalité : 53 années d’occupation et d’annexion

Publié le : , par  Sarah

Aujourd’hui, pour marquer les 53e anniversaire du début de l’occupation de la Cisjordanie, de Jérusalem Est et de la bande de Gaza, et dans le contexte du Plan Trump et des menaces d’annexion par le gouvernement israélien, B’tselem publie en deux autres langues – en français et en espagnol – le projet interactif conçu avec l’Institut de recherche Forensic Architecture. Ce projet met en lumière la manière dont Israël a érodé le territoire Palestinien au cours des dernières décennies, l’a morcelé en petites unités dissociées les unes des autres et a séparé les Palestiniens des Israéliens ainsi que les Palestiniens des différentes localités.

« Diviser pour mieux régner », projet lancé l’an dernier en trois langues, montre comment les décisions du gouvernement, les ordonnances militaires et autres outils de planification ont mené à la création de colonies de peuplement et d’infrastructures israéliennes de plus en plus nombreuses ; comment tout cela a œuvré, et continue d’œuvrer, dans le sens des intérêts israéliens au détriment des droits des palestiniens ; et comment ces îlots palestiniens, créés à dessein, sont entourés d’une mer de contrôle israélien.

Le projet expose visuellement et de façon détaillée comment l’utilisation conjointe faite par Israël de moyens tels que l’annexion, la création de colonies de peuplement, l’appropriation de terrains déclarés « appartenant à l’État », la création de terrains d’entraînement militaire, de réserves naturelles et de parcs nationaux, la construction du mur de séparation, la division en différentes zones de contrôle en Cisjordanie (zones A, B et C) et la séparation de la bande de Gaza de la Cisjordanie, ont littéralement émietté le territoire palestinien en petites unités plus facilement contrôlables. Contrairement aux palestiniens, dont la limitation des déplacements entre les différentes zones constitue l’un des principaux outils utilisés par Israël pour les contrôler, les Israéliens jouissent quant à eux d’une totale liberté de mouvement, en Cisjordanie, entre la Cisjordanie et Israël et à l’intérieur d’Israël.

Le Directeur général de B’tselem, Hagaï El-Ad, a ainsi déclaré que « depuis le début de l’occupation, les gouvernements se sont succédé, des processus ont été mis en place et des déclarations ont été faites ; mais une chose reste cependant immuable tout au long de cette période : la vie des personnes résidant entre la rivière Jourdain et la mer Méditerranée continue à être gouvernée par un seul et même gouvernement, un gouvernement par les citoyens israéliens qui jouissent de droits politiques dont ne bénéficient pas les sujets palestiniens. Israël continue sans relâche à morceler le territoire palestinien en petites unités dissociées sans rapport les unes avec les autres, les rendant donc plus faibles, plus isolées et plus facilement contrôlables, et à les exploiter et les opprimer. Il est vrai que seule une partie de la Cisjordanie a été officiellement annexée par Israël – Jérusalem-Est ; mais dans les faits, Israël a déjà annexé les territoires qui l’intéressent en réduisant au minimum le prix à payer sur la scène internationale. L’avenir de 14 millions de personnes qui résident entre la Rivière Jourdain et la mer Méditerranée ne peut reposer sur la domination israélienne, la division et l’oppression des Palestiniens. Nous vous invitons à consulter les cartes du projet, non seulement pour élargir vos connaissances mais également pour voir la réalité telle qu’elle est, et revendiquer un avenir totalement différent, un avenir fondé sur l’égalité des droits pour tous ».

Les nouvelles du réseau

AgendaTous les événements