Infographie : en quarante ans, 478 morts à la suite d’interventions policières

Publié le : , par  Sarah

Une base de données de BastaMag
Compilée et analysée par Ivan du Roy et Ludo Simbille

Les forces de police et de gendarmerie ont pour mission d’assurer la sécurité des personnes, des biens et des institutions. À ce titre, elles disposent du pouvoir de recourir à la force et d’utiliser leurs armes à feu, dans des circonstances précises. Ce pouvoir, conféré par l’Etat, occasionne des morts. Qui sont-ils, pourquoi et comment sont-ils tués ? Dans quelles conditions l’action des forces de l’ordre se révèle-t-elle fatale ?

CONSULTER L’INFOGRAPHIE
PNG

Conclusion

L’ensemble de ces données illustre, d’abord, la diversité et la complexité des situations auxquelles police et gendarmerie sont confrontées dans le cadre de leur mission – assurer la sécurité des personnes, des biens et des institutions. Notre recensement ne préjuge pas de la légitimité – ou non – de l’usage de la force. Il pose une question récurrente : dans quels cas cette sécurité est à ce point menacée qu’elle justifierait de tuer ? C’est sur ce point que nos données visent à ouvrir le débat et à combler l’absence d’information, aucune donnée officielle n’existant sur ce sujet.

Premier élément saillant : la moitié des personnes recensées ont été tuées parce que les représentants de l’ordre ont pris la décision d’ouvrir le feu (les accidents existent mais restent rares). Pourtant, les interventions face à un suspect armé, demeurent – heureusement – faibles. Les suspects abattus lors d’opérations antiterroristes apparaissent lors de deux périodes bien distinctes – au milieu des années 90 puis à partir de 2015. A contrario, parmi les personnes tuées par l’ouverture du feu des forces de l’ordre, quasiment deux sur trois n’étaient pas armées.

Deuxième élément : la concentration des interventions mortelles en Île-de-France, dans les agglomérations lyonnaises et marseillaises. Cette géographie est sensiblement différente de celle des crimes et de la délinquance violente – homicides, coups et blessures volontaires, vols et violences avec armes, violences sexuelles – même si l’Île-de-France, et notamment Paris, ou la ville de Marseille demeurent des points chauds. Le taux d’homicides ou les violences sexuelles sont, par exemple, parfois plus élevés dans les petites villes et villes moyennes d’autres régions que l’Île-de-France, selon le « premier bilan statistique » de 2017 publié par le ministère de l’Intérieur. Il en est de même pour les profils des délinquants : si les interventions policières mortelles visent prioritairement les moins de 25 ans, ceux-ci ne sont pas systématiquement prédominants parmi les auteurs de crimes ou de délits commis avec violences. Ils sont par exemple moins mis en cause dans les affaires d’homicides que les plus de 30 ans. Idem pour les violences sexuelles. Pourtant, ils constituent la moitié des personnes décédées des suites d’une intervention. Les jeunes seraient-ils présumés dangereux, et sur quels critères ?

Enfin, l’année 2017 constitue un triste record depuis quarante ans, et ponctue temporairement une hausse des interventions policières mortelles depuis environ une décennie. Est-ce lié au contexte issu des attentats terroristes ? A l’augmentation des homicides commis par des agents en dehors de leur service, alors même qu’ils ont de plus en plus la possibilité de garder leur arme ? Ces interventions policières mortelles constituent la partie la plus visible de l’action des forces de l’ordre. Leur augmentation marque peut-être un durcissement des autres actions de coercition. La manière dont elles sont réalisées, leur légitimité, doivent continuer d’être interrogées (d’autres articles d’analyse sont proposés sur notre site). Le but est aussi d’en tirer des enseignements pour préserver au maximum la vie et de s’assurer que l’impunité ne soit pas la règle en cas d’usage non justifié de la force.

Toutes les informations sur le site Bastamag

Actualité

AgendaTous les événements

août 2018 :

juillet 2018 | septembre 2018