Une soirée autour de l’Encyclopédie des migrants Article écrit par Camille Rigolage (ReporteR MCM)

Publié le : , par  Amélie Prins

19h.
Sur la scène du Rouge Mécanique, Patricio Rojas San Martin, Gullizer Altiparnak, Catalina Cristancho et Zozan Oztenkin croisent leurs langues, leurs voix, leurs vies. Ils et elles se racontent, à lettre ouverte.

Mercredi 29 novembre 2017 - Café Le Rouge Mécanique

Retour sur la soirée Lecture et concert autour de l’Encyclopédie des migrants dans le cadre du Festival des solidarités 2017

« Ces mots vers vous nous ont soulagé, nous respirons mieux  »

Chili, Syrie, Turquie, Colombie, Kurdistan.
Là-bas : Ils et elles racontent des années, des dates qui ont marqué, synonymes de ruptures et de renouveaux. Des révoltes et des luttes, des poings brandis, souffrances et blessures, mais aussi des douceurs et manques d’une vie passée.

Ici : le décor se plante à Nantes dans ses quartiers, ses cafés, son tissu associatif, sa vie politique. La liberté que l’on chérit, la pluie et le froid que l’on maudit. La langue, les coutumes qui échappent à l’arrivée, se perdent dans des dédales, notamment administratifs. La vie qui se poursuit, une famille qui se construit.

Entre ce « là-bas » et cet « ici », la lecture chorale transporte, puissante et intimiste. Une œuvre collective, vivante et vibrante, qui vient chercher au plus profond de notre dénominateur commun : « l’humanité ».
La chair se fait de poule lorsque l’un des auteurs déclame son poème, ode à sa Syrie natale, mais aussi témoignage bouleversant de sa vie là-bas.
Le cœur se serre lorsque Patricio Rojas San Martin partage la lettre adressée à son père, qui a su laissé partir son fils face à l’ombre menaçante de Pinochet qui planait sur le Chili : « Maman m’a donné la vie et toi un passeport vers la liberté  ».
Le nœud dans la gorge se relâche parfois, le rire se déploie à l’évocation de situations cocasses et de cette fameuse météo nantaise : pluie, pluie, pluie et re-pluie !

Ces lettres s’intègrent à un projet plus vaste : l’Encyclopédie des Migrants. Initiée à Rennes par la compagnie l’Âge de la Tortue en 2014, et relayée l’année suivante à Nantes par la Maison des Citoyens du Monde, elle regroupe quelques 400 lettres à l’échelle de 4 pays (du Finistère breton à Gibraltar) et 8 villes. Pour reconnaître et faire circuler ces paroles, et les porter au rang de ressources empiriques et universelles.

A Nantes, comme dans toutes les Villes participantes, 50 lettres ont été écrites. Des ateliers d’écriture ont été mis en place, outil précieux pour aider ceux qui le souhaitaient à coucher leur mot sur le papier. Le comédien Gilles Gelgon a quant à lui composé le montage de ces textes et a permis leur mise en voix. Paroles qui circulent au cours de différentes lectures, telle que celle à laquelle on assiste ce soir...

... C’est ensuite à la voix de Firaz de s’élever. Chants turcs, kurdes et zazas sont mis à l’honneur, portés par les mélodies des saz et du synthé. Les corps se délient, les petits doigts se croisent, les cercles se forment. L’énergie de la danse s’impose, fédératrice. Une communion à laquelle on a du mal à s’arracher, surtout lorsque le froid des rues nantaises nous frappe de plein fouet. Un constat tout de même : il ne pleuvra pas ce soir.

Note : vous pouvez consulter l’exemplaire nantais de l’Encyclopédie des migrants au service patrimoine de la médiathèque Jacques Demy. (02 40 41 95 95 pour toute information sur l’exposition à la médiathèque).

Article rédigé par Camille Rigolage - 29/11/17
(ReporteR MCM)

Archives

AgendaTous les événements