Rencontre avec Olivier Grenouilleau, spécialiste de l’esclavage

Publié le :

Animée par Didier Guyvarc’h
Mercredi 14 juin 2017 à 18h00 , Librairie Coiffard, nantes

JPEG - 32.3 ko
Portrait Olivier Grenouilleau

Membre de l’Academia Europaea, Olivier Grenouilleau est l’auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire du capitalisme, des traites, des esclavages et de leurs abolitions. Il a notamment publié "Les traites négrières" (prix de l’essai de l’Académie française 2005) et "Qu’est-ce que l’esclavage ?" (grand prix d’histoire de l’Académie Française 2015).

Alors que les premiers contacts remontent au milieu du XVe siècle, les Européens se sont longtemps contentés d’aller chercher en Afrique subsaharienne des esclaves pour les plantations d’Amérique, et pour cela ils n’avaient nul besoin de contrôler ni d’explorer le pays. Ce n’est qu’avec l’essor du mouvement abolitionniste et la prohibition de la traite négrière (1807 pour l’Angleterre) que certains voyageurs ont porté sur l’Afrique intérieure un regard différent. Ils se sont attachés à en connaître la géographie, à en évaluer le potentiel et à en approcher les peuples de près.

JPEG - 6.7 ko
Livre Olivier Grenouilleau

Si le racisme et les préjugés ne sont pas absents de leurs récits de voyage, l’estime et parfois la bienveillance sont également là. Cinq Britanniques, parmi lesquels le célèbre Mungo Park, et deux Français, dont le « découvreur » de Tombouctou René Caillié, ont laissé de passionnantes observations et évoqué leurs multiples rencontres « à hauteur d’homme » avec les habitants d’une dizaine de pays (aujourd’hui le Mali, le Sénégal, le Niger, la Gambie...).
Bien loin du ton dominateur et avide des récits des années 1850 et suivantes, ces textes nous donnent une image riche et suggestive de l’Afrique des débuts du XIXe siècle. Une révélation pour le lecteur européen de l’époque. Sans doute une surprise pour nous, aujourd’hui.

Plus d’infos au lien suivant.

Agenda

AgendaTous les événements

juillet 2017 :

juin 2017 | août 2017